L’Empire américain: Le réarmement de l’Allemagne nazie…

Ford, General Motors et le Troisième Reich : une collaboration “hautement profitable”

Il y a près de soixante ans, les GIs américains qui se battaient en Europe contre les troupes d’Hitler eurent la surprise de découvrir que les militaires allemands conduisaient des camions Ford. S’ils avaient porté leurs regards vers le ciel, ils auraient pu voir voler les avions nazis construits par Opel, une filiale de General Motors (GM). En 1939, les filières allemandes de General Motors et Ford approvisionnaient 70% du marché allemand de voitures. Les filiales allemandes de ces deux géants de l’automobile ont aussi fabriqué du matériel militaire pour les armées de l’Etat fasciste. Des recherches historiques ont établi que certains des dirigeants de ces deux firmes collaborèrent à la conversion en industries militaires des usines Ford et GM d’Allemagne et des zones occupées de France et de Pologne.

Un chercheur, Bradford Snell, a comparé l’importance relative, pour les fascistes allemands, de la Suisse — qui a facilité les activités financières des nazis durant la seconde guerre mondiale — avec celle de GM. Snell écrit : “La Suisse était juste une caisse de dépôt pour l’argent des pillages. Par contre, GM faisait partie intégrante de l’effort de guerre allemand. Les Allemands auraient pu envahir la Pologne et la Russie sans la Suisse. Ils n’auraient pu en faire autant sans GM”.

Au sujet des rapports entre Ford et les Nazis, l’historienne Miriam Kleinman écrit : “Quand vous pensez à Ford, vous pensez au baseball ou aux donuts. Vous ne pensez pas au portrait d’Henry Ford qu’Hitler avait accroché dans son bureau.” De fait, les rapports entre Henry Ford et le dictateur allemand sont antérieurs à la prise de pouvoir par les Nazis, en 1933. Parmi les anti-sémites, Henry Ford s’est distingué en publiant de nombreuses calomnies contre le peuple juif dans un journal qui lui appartenait. Si bien qu’en 1931, Hitler disait, dans le Detroit News : “Je considère Henry Ford comme une inspiration.” L’admiration était apparemment réciproque. En juillet 1938, Henry Ford acceptait une médaille du gouvernement allemand, la plus grande récompense qui pouvait être remise à un étranger par les Nazis. Un mois plus tard, James Mooney, un haut dirigeant de GM, recevait également une médaille du gouvernement allemand “pour les grands services rendus au Reich.” L’écrivain anglais Charles Higham cite ces paroles de Mooney, en 1940 : “Hitler est dans le vrai, et je ne ferai rien qui puisse le contrarier.”

A la fin de la guerre, Henry Schneider, un enquêteur de l’armée américaine, qualifiait la filiale allemande de Ford d'”arsenal du nazisme, du moins pour les véhicules militaires”. D’après Schneider, ce dispositif avait l’approbation des dirigeants de Ford, aux USA. La reconnaissance des Nazis pour Ford et GM était bien fondée : les camions “Blitz”, produits dans une usine construite par GM à Berlin, étaient une composante majeure de la “Blitzkrieg”, l’agression allemande contre ses pays voisins : la Pologne, l’URSS et la France. Opel, la filiale allemande de GM, et Ford-Allemagne étaient les deux premiers constructeurs de camions pour les forces militaires allemandes.

La relation mutuellement avantageuse entre les deux géants américains de l’automobile et l’Etat fasciste dépassait largement le cadre du commerce de camions. Schneider affirme que Ford livrait aux Allemands de grandes quantités de caoutchouc, une matière vitale pour assurer la mobilité des armées fascistes. L’écrivain Snell accuse GM d’avoir fourni au régime nazi la technologie nécessaire pour produire du carburant synthétique. Snell dit avoir été informé par le chef des armées nazies Albert Speer que, sans cette technologie, Hitler “n’aurait jamais songé à envahir la Pologne.” Le déchaînement de la guerre en 1939 n’a donc pas du surprendre GM ou Ford; ces deux firmes qui ont rivalisé pour le marché allemand depuis les années 1920.

Dans les six années précédant la seconde guerre mondiale, les Nazis s’étaient attribué le devoir de persécuter les ennemies du fascisme en Allemagne, notamment les communistes, les sociaux démocrates et les juifs. En amorçant la guerre, l’état Hitlérien visait simplement ses ennemis extérieurs, les peuples Européens. L’assaut allemand contre la Pologne, en 1939, qui opposa les tanks allemands à la cavalerie polonaise, n’a pas mis fin à l’étroite coopération entre les filiales allemandes de Ford et de GM et l’Etat fasciste. Quelques semaines après l’invasion de la Tchécoslovaquie par l’armée nazie, en 1939, Alfred P.Sloan, le patron de GM, remarquait que la production et les ventes de GM en Allemagne étaient “hautement profitables.” James Mooney, qui dirigeait les filiales européennes étrangères de GM, eut des entretiens avec Hitler deux semaines après l’invasion de la Pologne, à la suite de quoi les filiales allemandes de GM continuèrent de fabriquer du matériel de guerre pour l’armée nazie.

Le chercheur Charles Higham soutient que les filiales de Ford qui se trouvaient dans la France occupée par les Allemands continuèrent de produire des camions pour l’armée nazie après 1941, et que Ford ouvrit une autre filiale en Algérie, pour fournir au Général Rommel des camions et des voitures blindées. En avril 1943, le secrétaire américain au trésor Henry Morgenthau estimait que la production de la filiale française de Ford était “au seul profit de l’Allemagne”, qui avait “clairement démontré sa volonté de protéger les intérêts de Ford.”

http://www.lariposte.com/19/Nazis2.htm

About kruitvat

I am working for the Belgian human rights association 'Werkgroep Morkhoven' which revealed the Zandvoort childporn case (88.539 victims). The case was covered up by the authorities. During the past years I have been really shocked by the way the rich countries of the western empire want to rule the world. One of my blogs: «Latest News Syria» (WordPress)/ Je travaille pour le 'Werkgroep Morkhoven', un groupe d'action qui a révélé le réseau pornographique d'enfants 'Zandvoort' (88.539 victims). Cette affaire a été couverte par les autorités. Au cours des dernières années, j'ai été vraiment choqué par la façon dont l'Occident et les pays riches veulent gouverner le monde. Un de mes blogs: «Latest News Syria» (WordPress)/ Ik werk voor de Werkgroep Morkhoven die destijds de kinderpornozaak Zandvoort onthulde (88.539 slachtoffers). Deze zaak werd door de overheid op een misdadige manier toegedekt. Gedurende de voorbije jaren was ik werkelijke geschokt door de manier waarop het rijke westen de wereld wil overheersen. Bezoek onze blog «Latest News Syria» (WordPress) ------- Photo: victims of the NATO-bombings on the Chinese embassy in Yougoslavia
This entry was posted in Geen categorie and tagged , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to L’Empire américain: Le réarmement de l’Allemagne nazie…

  1. kruitvat says:

    Le réarmement nazi financé par les banques américaines
    Le devenir de l’Allemagne était déjà déterminé après le traité de Versailles qui obligeait l’Allemagne à payer des réparations d’un montant de 123 milliards de mark-or et à donner annuellement 26% de la valeur de ses exportations. L’effondrement de la monnaie allemande suite à l’exigence des paiements de réparations était donc prévisible : On allait vers l’inflation chronique ! Dans ce chaos, l’Allemagne demanda un ajournement pour tous les paiements de réparations en argent liquide pour les deux années à venir. Les vainqueurs refusèrent la requête. Ils votèrent le 9 janvier 1923 à trois contre un (l’Angleterre vota “non” sur l’ordre de la “City”) pour déclarer que le Reich allemand était en retard dans ses paiements de réparations. Deux jours plus tard, les troupes françaises et belges occupèrent la Ruhr. Mais les ouvriers allemands en appelèrent à une grève générale dans cette région et l’occupation des Alliés s’avéra être un échec. Les troupes sortirent de cette impasse lorsque l’Allemagne déclara être d’accord pour accepter le compromis connu sous le nom de plan DAWES.

    Le “plan Dawes” avait été élaboré par J.P. Morgan,collègue de Rothschild, et devait concéder à l’Allemagne des crédits de 800 millions de $ les quatre premières années. Le “plan Dawes” échoua lorsque les paiements de réparations de l’Allemagne s’accrurent. Il fut remplacé par le “plan Young” (d’après le nom de l’agent de Morgan, Owen Young). Pour mieux dévaliser le pays, les banquiers internationaux créèrent en Suisse la “Banque pour le Réglement International des Comptes”.

    Cela faciliterait les paiements de réparations des dettes de la première Guerre mondiale : il suffisait d’effectuer un virement du compte d’un pays sur le compte d’un autre pays dans la mesure où les deux pays avaient un compte dans cette banque. Dans ce cas aussi, les banquiers se rétribuèrent une fois de plus en prélevant des frais et des commissions pour eux.

    Le professeur Quigley rapporte : “Il faut noter que ce système (les plans Dawes et Young) fut instauré par les banquiers internationaux et que le prêt d’argent à l’Allemagne leur rapportait très gros.”

    C’est une des meilleures démonstrations du système de Machiavel. D’un côté, les banquiers soutinrent tous les partis en conflit et d’un autre, ils prêtèrent aussi de l’argent aux Allemands pour les paiements des réparations.

    Quoi que puisse faire l’Allemagne, on savait bien à qui elle s’adresserait pour emprunter de l’argent. C’était exactement le même groupement qui avait programmé la première guerre mondiale, qui l’avait financée, dirigée et qui en avait tiré un large profit.

    Mais le jeu alla plus loin. Il fallait réaliser encore de grands projets et poursuivre des buts importants. C’était le tour de la deuxième guerre mondiale !

    Les énormes capitaux américains qui furent transférés en Allemagne depuis 1924 sous la couverture du “plan Dawes et du plan Young” constituaient la base sur laquelle Hitler allait construire toute sa machinerie de guerre. Ainsi que l’expose le Dr Anthony C. Sutton dans “Wall Street and the Rise of Hitler” :

    “L’apport fourni à l’Allemagne, avant 1940, par le capitalisme américain en vue de préparer la guerre ne peut être qualifié que de phénoménal. Il fut, sans aucun doute, décisif pour la préparation militaire de l’Allemagne. Des preuves permettent de comprendre que le secteur influent de l’économie américaine était, certes, lucide sur la nature du nazisme, prêt à l’aider et à le soutenir financièrement par intérêt personnel, pleinement conscient que cela finirait par une guerre où serait impliqués l’Europe et les Etats-Unis…

    “En connaissant les faits, il est impossible de plaider l’ignorance. Les preuves très soigneusement établies qui attestent que les milieux bancaires et industriels américains étaient largement impliqués dans la montée du troisième Reich sont maintenant accessibles au public. On peut trouver dans les comptes rendus et les rapports sur les auditions du gouvernement publiés entre 1928 et 1946 par les différentes commissions du Sénat et du Congrès. Parmi les preuves les plus importantes se trouvent celles fournies par le Sous-Comité du Congrès enquêtant sur la propagande nazie ( “House Subcommitee to investigate Nazi Propanganda”) en 1934, par le rapport sur les cartels publiés en 1941 par la Commission économique provisoire nationale du Congrès ( ” House Temporary National Economic Commitee” ) ainsi que par le Sous-Comité du Sénat pour la mobilisation en 1946 ( “Senate Subcommitee on War Mobilization 1946” ).

    I.G. FARBEN
    Une partie de cette histoire fascinante et troublante est dévoilée par l’historien G. Edward Griffin :

    “Les années précédant la deuxième guerre mondiale virent naître un cartel “international” qui avait son siège central en Allemagne, qui contrôlait l’industrie chimique et pharmaceutique dans le monde entier et auquel 93 pays coopéraient. C”était une force politique et économique puissante dans certaines parties de la Terre. Ce cartel s’appelait I.G. FARBEN. “Les initiales I.G. (Interessengemeinschaft : groupement d’intérêts) signifient simplement qu’il s’agit d’un cartel. (…) Jusqu’à la déclaration de la deuxième guerre mondiale, le groupe I.G. Farben était devenu le konzern industriel le plus important en Europe et l’entreprise de chimie la plus importante du monde. Il faisait partie d’un cartel d’une puissance et d’une grandeur gigantesque, fait unique dans toute l’histoire.”

    I.G. Farben avait développé, en 1926, une méthode pour obtenir de l’essence à partir du charbon et conclut donc en 1939 un contrat de licence avec la “STANDARD OIL” (de Rockefeller). Cette dernière donna à I.G. Farben 546.000 de leurs actions ordinaires d’une valeur de plus de 30 millions de $. Deux ans plus tard, I.G.Farben signait le contrat ALIG avec Alcoa-Aluminium. I.G. Farben produisait environ la moitié de l’essence allemande et,plus tard, construisit des raffineries juste à côté des camps de concentration. Les prisonniers furent contraints d’y travailler comme des forçats pendant qu’on produisait dans les raffineries le gaz pour les chambres à gaz. Le groupe I.G. Farben était un des plus importants konzerns contrôlés par les Rothschild et écoulait des sommes d’argent énormes dans l’économie allemande et particulièrement aux futurs SS. Le comité directeur d’I.G.Farben comptait parmis ses membres MAX et PAUL WARBURG (de la Federal Reserve) qui possédaient des grandes banques en Allemagne et aux Etats-Unis. Deux autres membres du conseil d’administration de la “Federal Reserve” et de la “National City Bank”, et H.A. METZ de la “Bank of Manhattan”. HERMANN SCHMITZ, président de I.G. Farben faisait partie, en même temps, du comité directeur de la “DEUTSCHE BANK” et de la “BANQUE POUR LE REGLEMENT INTERNATIONAL DES COMPTES. ”

    Les frères Averell et Roland HARRIMAN (initiés en 1917 à Skull & Bones) contribuèrent fortement à financer, par l’UNION BANK, les nazis. De même, les filiales d’ ITT et de General Electric soutinrent directement les SS du Reich. James Martin, chef du service des affaires concernant la guerre économique au ministère de la Justice, fit des recherches sur l’organisation concernant l’industrie nazie et a rapporté les faits suivants dans “All Honorable Men” : “Le principal agent de liaison entre Hitler et les barons argentés de “Wall Street” fut HJALMAR HORACE GREELY SCHACHT, président de la banque du Reich, dont la famille était étroitement liée à l’élite des finances internationales. Schacht fut le cerveau du “plan Young” (plan de reconstruction par l’intermédiaire de l’agent Morgan Owen Young) et aussi de la “Banque pour le règlement international des comptes”. Le plan conçu par Schacht fonctionna à la perfection et contribua à rendre explosifs les événements dans la république de Weimar. DR FRITZ THYSSEN, l’industriel allemand, expliqua qu’il ne s’était tourné vers le parti nazi que lorsqu’il dut constater que pour empêcher l’effondrement total de l’Allemagne, il fallait lutter contre le plan Young. (…)

    L’acceptation du plan Young et de ses principes financiers accentua de plus en plus le chômage, on compta bientôt un million de chômeurs.” Voilà un sol fertile que la “SOCIETE THULE” n’avait plus qu’à utiliser en se servant de l’outil dont elle disposait en la personne d’Adolf Hitler. Après le Krach en 1931, l’industrie allemande frôla la banqueroute. Fritz Thyssen adhéra officiellement au parti nazi et soutint Adolf Hitler. La plus grande part de sa fortune s’écoula à travers la “BANK VOOR HANDEL” qui, à son tour, contrôla “l’ UNION – BANK”. L’ “Union-Bank” était une alliance de Thyssen et Harriman. Jetons un coup d’oeil sur la liste des directeurs : quatre sur huit étaient membres de “SKULL & BONES” et deux étaient des nazis. Harriman finançait, en même temps, les Soviétiques et les nazis par l’intérmédiaire de la “BROWN BROS.HARRIMAN BANK”. Un de ses plus proches collaborateur fut PRESCOTT BUSH, le père de GEORGE BUSH, ex-président des Etats-Unis. Prescott et George Bush sont, tous deux, membres de “SKULL & BONES”.

    Jusqu’en 1936, plus de 100 firmes américaines furent impliquées dans la construction de la machinerie de guerre allemande. Entre autres la General Motors, Ford, International Harvester et Du Pont. Les investisseurs ne visaient, en tout cas, pas des affaires à court terme puisque le contrat entre ces firmes et le gouvernement allemand stipulait que celles-ci n’avaient pas le droit de sortir un pfennig d’Allemagne. Les profits ne débuteraient que cinq ans plus tard lorsque les Japonais attaqueraient Pearl Harbour entraînant, par ce fait, les Etats-Unis dans la guerre. De toute évidence, tout cela avait déjà été préparé dans les moindres détails. Cependant, seuls les initiés (Illuminati) étaient au courant.

    Griffin résume les derniers événements ainsi :

    “Les banquiers internationaux et leurs agents sont à l’origine de la situation qui a conduit à la première guerre ; ils en retirèrent un bon butin ; ils financèrent la révolution Russe et obtinrent le contrôle de ce grand pays ; ils manipulèrent les événements dans l’Europe d’après-guerre de façon à “provoquer une situation” (selon les propres mots d’Edward Stanton) qui les amena, financièrement parlant, “au septième ciel” ; ils utilisèrent des fonds américains qui leur permirent d’empocher d’énormes commissions pour “équiper l’industrie allemande d’installations techniques de pointe” et l’amener, ainsi, “largement à la seconde place au rang mondial”. Ces vautours sans scrupule qui détenaient les monopoles ont manipulé et utilisé les Allemands, ils les ont tant et si bien exploités qu’ils auraient mérité leur haine à tout jamais. Pendant qu’ils mettaient sur pied l’industrie allemande tout en luttant dans le même temps contre eux, ils allaient permettre à un homme fort d’entrer sur la scène politique. Celui-ci, à son tour, gagnerait les masses à sa “cause” en leur promettant de les libérer des rapaces financiers internationaux. L’Allemagne des années trente était une bombe à retardement, fabriquée par les banquiers internationaux. elle était dans l’attente d’une personne telle qu’Hitler qui allait entrer en scène et prendre le pouvoir.”

    http://www.instantcube.com/discernement/rearmementnazi.html

  2. kruitvat says:

    Comment le grand-père de Bush a
    aidé Hitler à accéder au pouvoir

    par Ben Aris, à Berlin, et Duncan Campbell, à Washington
    The Guardian, samedi 25 septembre 2004.
    _____________________
    Pendant des dizaines d’années, des rumeurs liant la première famille américaine
    à la machine de guerre nazie ont circulé. Aujourd’hui, le Guardian vous révèle ce que
    l’actuel président ressent après tout ce qui a suivi l’application du “Trading with the
    Ennemi Act” [la loi réprimant le commerce avec l’ennemi].

    Le grand-père de George W. Bush, Prescott Bush, a été un sénateur américain. Il a aussi été directeur et actionnaire de plusieurs sociétés qui ont tiré profit de leurs liens avec les bailleurs de fonds de l’Allemagne nazie.

    Le Guardian, en fouillant dans les Archives Nationales Américaines, récemment ouvertes, a obtenu confirmation qu’une société dont Prescott Bush était directeur était impliquée avec les architectes financiers du Nazisme. Ces relations d’affaires se sont poursuivies jusqu’à la saisie en 1942 des capitaux de cette société, qui tombait sous le coup de la loi “Trading with the Ennemi Act”. Plus de 60 ans plus tard, ces relations d’affaires avec la machine nazie ont conduit deux anciens ouvriers du bâtiment, esclaves à Auschwitz, à intenter une action civile contre la famille Bush. Ces histoires ont été au coeur d’une controverse pré-électorale qui sent mauvais.

    Saisi de cette preuve, un ancien procureur américain qui a poursuivi les crimes de guerre nazis a démontré que les actes de l’ancien sénateur, pour avoir aidé et renforcé l’ennemi, auraient dû justifier des poursuites .

    Ce débat autour du comportement de Prescott Bush est en effervescence depuis quelque temps déjà. Les ‘chats’ (ces bavardages sur Internet) sont très nombreux au sujet des liens entre Prescott Bush et les Nazis, et beaucoup sont inexacts et injustes. Mais ces nouveaux documents, dont un grand nombre n’a été déclassifié que l’année dernière, montrent que Prescott Bush a travaillé et tiré profit de compagnies qui avaient été impliquées de très près dans le financement de l’accession d’Hitler au pouvoir. Même après l’entrée en guerre de l’Amérique et alors que l’on disposait déjà de renseignements significatifs concernant la politique et les plans des Nazis. Certains sous-entendent même que l’argent que Prescott Bush a gagné grâce à ces relations d’affaires a aidé à établir la fortune de la famille Bush et à mettre le pied à l’étrier à sa dynastie politique.

    Aussi étonnant que cela paraisse, peu de ces relations, des Bush avec l’Allemagne, ont fait l’objet d’un examen public rigoureux, en partie à cause du statut de secret conféré à la documentation qui l’impliquait. Mais aujourd’hui, l’action en justice contre la famille Bush, intentée par deux survivants de l’Holocauste et qui réclament plusieurs milliards de dollars de dommages et intérêts, ainsi que la publication imminente de trois livres sur ce sujet, menacent de faire de cette histoire, relative aux affaires de Prescott Bush, une édition inconfortable pour son petit-fils, George W., alors qu’il cherche à se faire réélire.

    Bien que rien ne laisse suggérer dans ces documents que Prescott Bush ait eu la moindre sympathie pour la cause nazie, ils révèlent néanmoins que la société pour laquelle il travaillait, Brown Brothers Harriman (BBH), a agi comme base américaine pour l’industriel allemand — Fritz Thyssen — qui a aidé à financer Hitler au cours des années 1930, avant de se quereller avec lui à la fin de la décennie. Le Gardian a pu voir la preuve montrant que Bush était le directeur de l’Union Banking Corporation (UBC), basée à NewYork , qui représentait les intérêts américains de Thyssen, et qu’il avait continué à travailler pour cette banque après l’entrée en guerre de l’Amérique.

  3. kruitvat says:

    Bush siégeait aussi au conseil d’au moins une des sociétés qui faisaient partie d’un réseau multinational de sociétés de couvertures, et qui permettaient à Thyssen de déplacer ses capitaux autour du monde.

    Thyssen possédait la plus grande compagnie d’acier et de charbon d’Allemagne et il a construit sa richesse grâce aux efforts d’Hitler pour réarmer l’Allemagne entre les deux guerres mondiales. Un des piliers de ce réseau corporatif international construit par Thyssen, UBC travaillait exclusivement pour une banque néerlandaise, qui possédait d’ailleurs UBC, et qui était elle-même contrôlée par Thyssen. Plus énigmatiques sont les liens de Bush avec la Consolidated Silesian Steel Company (CSSC), basée en Silésie, sur la frontière germano-polonaise, et riche en minerais. Pendant la guerre, cette société a profité de l’esclavagisme organisé par les Nazis dans les camps de concentration, notamment à Auschwitz. La propriété de la CSSC a changé de mains plusieurs fois au cours des années 30, mais les documents des archives nationales américaines, déclassifiés l’année dernière, relient Bush à la CSSC, bien qu’il ne soit pas très clair si lui et l’UBC étaient toujours impliqués dans cette société lorsque les actifs américains de Thyssen furent saisis en 1942.

    Trois séries d’archives expliquent clairement le rôle de Prescott Bush. Elles sont toutes trois facilement disponibles, grâce à l’efficace système d’archives américain et à son personnel précieux et dévoué, tant à la Bibliothèque du Congrès à Washington qu’aux Archives Nationales à l’Université du Maryland.

    Le premier ensemble de dossiers, à la Bibliothèque du Congrès, sont des documents administratifs concernant Harriman et montrent que Prescott Bush était directeur et actionnaire d’un certain nombre de compagnies impliquées avec Thyssen.

    Le deuxième ensemble de documents, qui se trouve aux Archives Nationales et qui est classé sous le numéro 248, établit l’historique de la saisie des actifs de la compagnie. Ces documents établissent que le 20 octobre 1942 le Séquestre des Propriétés Etrangères [Alien Property Custodian] a saisi les actifs de l’UBC, dont le directeur était Prescott Bush. Après une étude détaillée des livres de la banque, d’autres saisies eurent lieu dans deux filiales, la Holland-American Trading Corporation et la Seamless Steel Equipment Corporation. Dès le mois de novembre, cette année-là, la Silesian-American Company — une autre société de Prescott Bush — avait aussi été saisie.

    Le troisième ensemble de documents, provenant aussi des Archives Nationales, se trouve dans les dossiers concernant IG Farben, qui a été poursuivie pour crimes de guerre.

    Un rapport remis en 1942 par le Séquestre des Propriétés Étrangères établissait la liste des compagnies : “depuis 1939, ces biens (acier et mines) étaient la possession du gouvernement Allemand, qui les dirigeait, et ont sans aucun doute aidé considérablement l’effort de guerre de ce pays.”

    Prescott Bush, un charmeur d’un-mètre-quatre-vingt-dix et doté d’une belle voix, fonda la dynastie politique des Bush et il a même été considéré une fois comme candidat présidentiel potentiel. Comme George (son fils) et George W (son petit-fils) il a fait ses études à Yale où il fut, comme le furent ses descendants après lui, membre des Skull & Bones [Crânes & Os], société secrète étudiante très influente. Il était capitaine d’artillerie pendant la première guerre mondiale et il se maria en 1921 à Dorothy Walker, la fille de George Herbert Walker.

    En 1924, son beau-père, un célèbre banquier d’investissement de St-Louis, l’a aidé à lui mettre le pied à l’étrier dans les affaires, à New York, avec Averel Harriman, riche fils du magnat du chemin de fer, E. H. Harriman, qui était devenu banquier.

    Une des premières missions que Walker confia à Bush fut de diriger l’UBC. Bush était membre-fondateur de cette banque et les documents administratifs qui le listent parmi les sept directeurs montrent qu’il a possédé une part dans UBC d’une valeur de 125 dollars.

    La banque fut créée par Harriman et le beau-père de Bush pour fournir une banque américaine aux Thyssen, la famille industrielle la plus puissante d’Allemagne.

    Auguste Thyssen, le fondateur de la dynastie avait été un donateur important lors de la première guerre mondiale pour les efforts de guerre allemands, et au cours des années 1920, lui et ses fils Fritz et Heinrich établirent un réseau de banques et de compagnies outre-mer. Ainsi, leurs actifs et leurs capitaux pourraient être transférés ‘off-shore’ s’ils étaient de nouveau menacés.

    Au moment où Fritz Thyssen hérita de cet empire d’affaires, en 1926, la reprise économique de l’Allemagne s’affaiblissait. Après avoir entendu Adolf Hitler, Thyssen s’est retrouvé hypnotisé par le jeune semeur de discordes. Il rejoignit le parti Nazi en décembre 1931 et avoua, dans son autobiographie intitulée “J’ai Payé Hitler”, avoir financé Hitler alors que les Nationaux-Socialistes n’étaient encore qu’un parti de frange radical. Il intervint plusieurs fois pour tirer d’affaire le parti, alors que ce dernier se débattait : en 1928 Thyssen acheta le Barlow Palace sur Briennerstrasse, à Munich, qu’Hitler avait converti en “Maison Brune” [Brown House], le siège social du parti Nazi. L’argent provenait d’une autre institution off-shore de Thyssen, la Bank voor Handel en Scheepvarrt de Rotterdam.

    A la fin des années 1930, Brown Brothers Harriman, qui prétendait être la plus grande banque d’investissement privée du monde, et UBC avaient acheté et expédié en Allemagne des millions de dollars d’or, de carburant, d’acier, de charbon et de bons du Trésor américain, à la fois alimentant et finançant les préparations de guerre d’Hitler.

    Entre 1931 et 1933, UBC a acheté pour plus de 8 millions de dollars d’or, dont 3 millions de dollars furent expédiés à l’étranger. Selon les documents dont The Gardian a pris connaissance, après qu’UBC eut été fondée, elle a transféré 2 millions de dollars vers les comptes de BBH, et entre 1924 et 1940 les actifs d’UBC s’élevaient autour de 3 millions de dollars, ne baissant à 1 million qu’en de rares occasions.

    En 1941, Thyssen a fui l’Allemagne après s’être querellé avec Hitler, mais il fut capturé et détenu en France jusqu’à la fin de la guerre.

    Durant toutes les années 30, il n’y avait rien d’illégal à faire des affaires avec les Thyssen et nombre d’entreprises américaines, parmi les plus connues, avaient lourdement investi dans la reprise économique allemande. Cependant, tout changea après que l’Allemagne eut envahi la Pologne en 1939. Même à cette date, on pourrait soutenir que BBH était dans ses droits en continuant ses relations d’affaires avec les Thyssen, et ce jusqu’à la fin de 1941, puisque les Etats-Unis étaient techniquement toujours neutres, du moins, jusqu’à l’attaque de Pearl Harbor. Le problème est né le 30 juillet 1942 lorsque le Herald Tribune de New York publia un article intitulé “L’ange d’Hitler a 3 millions de dollars dans une banque américaine”. Les énormes achats d’or d’UBC avaient fait s’élever des soupçons selon lesquels la banque était en fait une “coquille artificielle et secrète”, cachée à New York, pour Thyssen et d’autres huiles Nazies. La Commission sur les Propriétés Étrangères (Alien Property Commission — APC) lança une enquête.

    On ne conteste pas que le gouvernement américain ait saisi, en automne 1942, un ensemble d’actifs contrôlés par BBH – y compris UBC et la SAC – en vertu du “Trading with Ennemi Act”. La controverse est de savoir si Harriman, Walker et Bush ont vraiment possédé, sur le papier, plus que ces sociétés.

    Erwin May, attaché au Trésor et officier au département d’enquête de l’APC, examina les affaires d’UBC. La première chose qui apparut fut que Roland Harriman, Prescott Bush et les autres directeurs ne détenaient pas réellement leurs propres parts dans UBC, mais les détenaient simplement pour le compte de la Banque voor Handel. D’une façon étrange, personne, y compris le président de l’UBC, ne semblait savoir qui possédait la banque basée à Rotterdam.

    May écrivit dans son rapport, daté du 16 août 1941 : “l’Union Banking Corporation, immatriculée le 4 août 1924, est entièrement possédée par la Banque voor Handel en Scheepvaart N.V de Rotterdam, Pays-Bas. Mon enquête n’a produit aucune preuve quant à la propriété de la banque néerlandaise. M. Cornelis [sic] Lievense, le président d’UBC, dit qu’il ne sait rien sur les propriétaires de la Banque voor Handel, mais croit qu’il est possible que le Baron Heinrich Thyssen, le frère de Fritz Thyssen, puisse en posséder une part substantielle.”

    May disculpa la banque de l’accusation selon laquelle elle aurait constitué une base arrière dorée pour les chefs Nazis, mais il décrivit un réseau de compagnies s’étendant d’UBC à travers l’Europe, l’Amérique et le Canada et expliqua comment l’argent de voor Handel voyageait de ces compagnies vers UBC.

    En septembre, May localisa les origines des membres non-américains du conseil d’administration et constata que le Néerlandais HJ Kouwenhoven — qui avait rencontré Harriman en 1924 pour monter UBC –avait plusieurs autres emplois : non seulement il était le directeur général de voor Handel, il était aussi le directeur de la banque d’Auguste Thyssen, à Berlin, et directeur de l’Union Steel Works de Fritz Thyssen, la holding qui contrôlait l’empire Thyssen, constitué de l’Acier et des mines de l’Allemagne.

    En quelques semaines, Homer Jones, le chef de la division de recherche et d’enquête de l’APC envoya un mémorandum au conseil de direction de l’APC recommandant que le gouvernement américain place UBC ainsi que ses actifs sous séquestre. Jones citait dans ce mémorandum les directeurs de la banque, en y incluant le nom de Prescott Bush et écrivait : “Les dites actions sont détenues par les individus susmentionnés, qui n’étaient toutefois que des candidats agréés de la Banque voor Handel de Rotterdam, Pays-Bas, et qui sont possédées en réalité par un ou plusieurs membres de la famille Thyssen et des ressortissants allemands et hongrois. Les 4.000 parts ci-avant établies sont donc favorablement possédées et aident aux intérêts de ressortissants ennemis et sont séquestrables par l’APC,” selon le mémorandum des Archives nationales dont le Gardian a pris connaissance.

    http://questionscritiques.free.fr/Bush/Prescott_Bush_Hitler.htm

  4. kruitvat says:

    La main dans le sac …

    Jones recommanda que les actifs soient liquidés au profit du gouvernement, mais à la place, UBC fut maintenue intacte et finît par retourner, après la guerre, aux actionnaires américains. Certains prétendent que Bush aurait vendu ses part d’UBC après la guerre pour un montant de 1,5 millions de dollars – une somme colossale à l’époque — mais il n’y a pas de preuve documentée pour étayer cette thèse. Aucune poursuite supplémentaire n’a jamais été engagée, et l’enquête n’est pas allée plus loin, malgré le fait qu UBC ait été prise la main dans le sac à diriger une société écran américaine pour le compte de la famille Thyssen, huit mois après l’entrée en guerre de l’Amérique et qu’il s’agissait de la banque qui avait financé en partie l’ascension d’Hitler vers le pouvoir.

    La partie la plus énigmatique de cette histoire reste entourée de mystère : c’est le lien, si il y en a un, entre Prescott Bush, Thyssen, Consolidated Silesian Steel Company (CSSC) et Auschwitz.

    L’associé de Thyssen dans United Steel Works, et qui possédait dans cette région des mines de charbon et des fonderies d’acier, était Friedrich Flick, un autre magnat de l’acier qui détenait aussi des actions de IG Farben, la puissante entreprise de l’industrie chimique allemande.

    Les usines de Flick en Pologne utilisaient à plein régime le travail d’esclaves provenant des camps de concentration en Pologne. Selon un article du New York Times publié le 18 mars 1934, Flick possédait les deux tiers de CSSC, tandis que des “Intérêts américains” détenaient le reste.

    Les documents provenant des Archives Nationales Américaines montrent que l’implication de BBH dans CSSC ne se limitait pas, au milieu des années trente, à sieulement détenir ces actions. L’ami et frère [bonesman] de Bush, Knight Woolley, un autre associé dans BBH, écrivit à Averill Harriman en janvier 1933, mettant en garde sur les problèmes que rencontrait la CSSC après que les polonais eurent commencé leur nationalisation de ces usines. “La situation de la Consolidated Silesian Steel Company est devenue de plus en plus critique, et, en conséquence, j’ai fait venir Sullivan et Cromwell pour m’assurer que nos intérêts sont protégés,” écrivit Knight. “Après avoir étudié la situation, Foster Dulles insiste pour que leur homme en poste à Berlin soit mis au courant et qu’il dispose de l’information dont les directeurs, là-bas, devraient disposer. Vous n’avez pas oublié que Foster est directeur et qu’il est particulièrement attaché à s’assurer qu’aucune responsabilité ne puisse être attribuée aux directeurs américains.”

    Mais la propriété de la CSSC, entre 1939, lorsque les Allemands ont envahi la Pologne, et 1942, lorsque le gouvernement américain a enquêté sur UBC et le SAC, n’est pas bien déterminée.

    “La SAC possédait des mines de charbon et c’est elle qui possédait effectivement la CSSC entre 1934 et 1935, mais lorsque la SAC fut contrôlée, il n’y avait pas de trace de la CSSC. Toute preuve concrète de propriété disparaît après 1935 et il ne reste que quelques traces en 1938 et 1939,” rapporte Eva Schweitzer, journaliste et auteur du livre ,”Ameica and The Holocaust”, qui sortira le mois prochain.

    La Silésie a rapidement été intégrée au Reich allemand après son invasion, mais tandis que les usines polonaises furent saisies par les Nazis, celles qui appartenaient aux Américains, toujours neutres, ainsi qu’à d’autres nationalités, furent traitées avec plus de précaution puisque Hitler espérait encore persuader les Etats-Unis de rester au moins en dehors de la guerre en tant que pays neutre. Schweitzer dit que les intérêts américains étaient considérés au cas par cas. Les Nazis ont racheté certaines usines, pas les autres.

    Les deux survivants de l’Holocauste, qui poursuivent le gouvernement américain ainsi que la famille Bush en justice, réclament des dommages et intérêts pour un montant de 40 milliards de dollars en compensation des bénéfices que les deux parties ont tiré avec l’esclavagisme qui eut lieu à Auschwitz pendant la deuxième guerre mondiale.

    Kurt Julius Goldstein, 87 ans, et Peter Gingold, 85 ans, ont engagé une action collective en Amérique en 2001, mais le procès à été rejeté par la Juge Rosemary Collier sur la base que le gouvernement ne peut être tenu responsable selon le principe de “la souveraineté de l’état”.

    Jan Lissmann, l’un des avocats de ces survivants, a déclaré: “Le Président Bush a retiré la signature du Président Bill Clinton au traité [qui établissait cette cour], non seulement pour protéger les Américains, mais aussi pour se protéger lui-même ainsi que sa famille.”

    Lissmann défend l’idée selon laquelle les procès relatifs aux génocides relèvent de la loi internationale, ce qui oblige les gouvernements à rendre des comptes sur leurs actions. Il réclame que les attendus soient invalidés puisqu’il n’y pas eu d’audience.

    Dans leurs demandes, M. Goldstein et M. Gingold, président honoraire de la Ligue des Antifascistes, suggèrent que les Américains étaient conscients de ce qui se passait à Auschwitz et auraient dû bombarder ce camp.

    Les avocats qui ont aussi présenté une motion à La Haye, demandant une opinion pour savoir si la souveraineté de l’état est une raison valable de refuser d’entendre leur cas. Un verdict est attendu d’ici un mois.

    La pétition envoyée à La Haye établit: “A partir d’avril 1944, L’American Air Force aurait pu détruire, à l’aide de raids aériens, le camp, ainsi que les ponts de chemin de fer et les voies ferrées entre la Hongrie et Auschwitz. Le meurtre d’environ 400.000 victimes hongroises de l’Holocauste aurait pu être évité.”

    Le procès s’articule autour d’un décret présidentiel, passé le 22 janvier 1944 et signé par le Président Franklin Roosevelt, qui demandait au gouvernement de prendre toutes les mesures pour sauver les Juifs européens. Les avocats prétendent que cet ordre a été ignoré à cause de la pression exercée par un groupe de grosses sociétés américaines, dont BBH, dans laquelle Prescott Bush était directeur.

    Lissmann déclare : “Si la cour rend un avis positif cela causera au [Président] Bush d’énormes problèmes et le rendra personnellement responsable du paiement des dommages et intérêts.”

    Le gouvernement américain et la famille Bush rejettent toutes les demandes qui ont été faites contre eux.

    En plus du livre d’Eva Schweitzer, deux autres ouvrages sont sur le point d’être publiés et ils soulèvent le sujet de l’histoire des affaires de Prescott Bush. L’auteur du second ouvrage, qui doit être publié l’année prochaine, John Loftus, est un ancien procureur américain qui a poursuivi des criminels de guerre Nazis dans les années 70. Il vit maintenant à St-Petersburg, en Floride, et gagne sa vie en tant que commentateur sur la sécurité pour Fox News et la radio ABC. Loftus travaille sur un roman qui utilise une partie du matériel qu’il a réuni à propos de Bush. Loftus a insisté pour dire que ce dans quoi Prescott Bush a été impliqué n’a été rien d’autre que ce que de nombreux autres hommes d’affaires américains et britanniques faisaient à ce moment-là.

    “Vous ne pouvez pas plus blâmer Bush pour ce que son grand-père a fait que vous ne pouvez blâmer Jack Kennedy pour ce que son père à fait – acheter des actions nazies – mais ce qui est important c’est la couverture, comment cela a -t-il pu marcher aussi bien pendant un demi siècle, et y a-t-il pour nous des conséquences à en tirer aujourd’hui ?” a-t-il dit.

    “Il s’agit du mécanisme qui permit de financer Hitler pour qu’il retourne au pouvoir ; Il s’agit du mécanisme qui permit le réarmement de l’industrie du Troisième Reich ; il s’agit du mécanisme qui permit de rapatrier les profits engendrés par les Nazis vers des propriétaires américains ; il s’agit du mécanisme qui permit de calmer les enquêtes sur le blanchiment financier du Troisième Reich,” dit Loftus, qui est aussi vice-président du musée de l’Holocauste à St-Petersburg.

    “L’Union Banking Corporation était une société holding pour les Nazis, pour Fritz Thyssen,” dit Loftus. “A différents moments, la famille Bush a essayé de le nier, disant qu’ils étaient détenus par une banque hollandaise et que ce n’est que lorsque les Nazis annexèrent les Pays-Bas qu’ils réalisèrent alors que les Nazis contrôlaient apparemment cette société et que c’est la raison pour laquelle les supporters de Bush prétendent que lorsque la guerre fut finie ils récupérèrent leur argent. Les enquêtes engagées par le Trésor américain et les enquêtes des services de renseignements en Europe ont toutes deux établi que c’est du pipi de chat. Ils ont toujours su qui étaient les ultimes bénéficiaires.”

    “Il n’y a plus personne d’encore vivant qui pourrait être poursuivi mais cela ne les a pas empêchés d’y échapper,” dit Loftus. “En tant qu’ancien procureur, je ferais le procès de Prescott Bush, de son beau-père (George Walker) et d’ Averill Harriman, pour avoir apporté de l’aide et renforcé l’ennemi. Ils sont restés au conseil d’administration de ces sociétés alors qu’ils savaient qu’elles contribuaient aux bénéfices financiers de la nation Allemande.”

    Loftus a dit que Prescott Bush avait dû être conscient de se qui se passait en Allemagne à ce moment-là. “Je parie qu’il n’était pas un gendre très brillant et qu’il faisait ce que Herbert Walker lui disait de faire. Walker et Harriman étaient les mauvais génies, ils n’avaient que faire des Nazis pas plus que de leurs investissements avec les Bolcheviques.”

    Ce qui est aussi en question est combien d’argent Bush a gagné, grâce à cette implication. Ses supporters suggèrent qu’il ne détenait qu’un jeton de présence. Loftus le conteste, et il cite des sources “du milieu de la banque et des renseignements” et suggère que la famille Bush, par l’intermédiaire de George Herbert Walker et de Prescott, a reçu la somme de 1,5 millions de dollars lors de cette implication. Toutefois, il n’y a pas de trace écrite de cette somme.

    La troisième personne qui va publier sur ce sujet est John Buchanan, 54 ans, journaliste dans un magazine basé à Miami, qui a commencé à examiner ces documents alors qu’il travaillait sur un scénario. L’année dernière, Buchanan a publié ses découvertes dans la vénérable – et de circulation réduite – New Hampshire Gazette, sous le titre “Des Documents dans les Archives Nationales Prouvent que le Grand-père de George Bush a Fait du Commerce Avec les Nazis – Même Après Pearl Harbor”. Il s’étend sur ce sujet dans son livre qui sera publié le mois prochain — “Fixing America: Breaking the Stranglehold of Corporate Rule, Big Media and the Religious Right” [Réparer l’Amérique : En finir avec l’étranglement causé par les règles des Corporations, les grands médias et la droite religieuse.]

    Dans cet article, Buchanan, qui a surtout travaillé dans le commerce et dans la presse musicale avec un détour en tant que reporter à Miami, prétendait que “les faits essentiel sont apparus sur Internet et dans des ouvrages relativement obscurs mais ont été niés par les médias et la famille Bush comme étant des diatribes sans fondement. »

    Buchanan souffre d’hypermanie, une forme de maniaco-dépression, et lorsqu’il s’est retrouvé débouté de son effort initial pour intéresser les média, il a répondu par une série de menaces contre les journalistes et les maisons de presse qui l’avaient éconduit. Ces menaces, contenues dans des méls, suggéraient qu’il exposerait les journalistes comme étant des “traîtres à la vérité.”

    Sans surprise, il a rapidement rencontré des difficultés à voir ses appels retournés. Le plus sérieusement du monde, il dut faire face à des accusations aggravées comme homme de paille à Miami, en relation avec un homme avec lequel il s’était brouillé à propos du meilleur moyen de publier ses découvertes. L’accusation a été abandonnée le mois dernier.

    http://questionscritiques.free.fr/Bush/Prescott_Bush_Hitler.htm

  5. kruitvat says:

    Une biographie flatteuse …

    Buchanan a dit qu’il regrettait que son comportement ait mis à mal sa crédibilité mais que son but principal avait été de contenir la publicité qui était faite sur cette histoire. Loftus et Schweitzer disent tous deux que Buchanan est arrivé avec une documentation qui n’avait encore jamais été rendue publique.

    La famille Bush a largement réagi en ne faisant pas de commentaires sur toute référence à Prescott Bush. Brown Brothers Harriman s’est aussi refusée à tout commentaire.

    La famille Bush a approuvé récemment une biographie flatteuse sur Prescott Bush et qui s’appelle “Duty, Honour, Country” [Devoir, Honeur, Patrie] écrite par Mickey Herskowitz. Les éditeurs, Rutledge Hill Press, ont promis que le livre “parlerait honnêtement des accusations de relations d’affaires de Prescott Bush avec des industriels nazis ainsi que d’autres accusations.”

    En fait, les accusations tiennent sur moins de deux pages. Le livre se réfère à l’histoire parue dans le “Herald-Tribune” en disant : « Une personne dont le niveau d’éthique aurait été moins bien établi aurait paniqué … Bush et ses associés chez “Brown Brothers Harriman” informèrent les organismes de contrôle du gouvernement que le compte de ce client, ouvert à la fin des années 30, représentait en fait ‘la compensation d’une faveur pour un client’ – Prescott Bush a agit rapidement et au grand jour au nom de la société, qui était bien desservie grâce à une bonne réputation qui n’avait jamais été compromise. Il a ouvert tous ses livres et rendu tous ses documents publics. Pour ce est considéré aujourd’hui, six décennies plus tard, comme relevant des scandales d’entreprises et des carrières ruinées, il a reçu alors ce que l’on peut considérer comme le certificat suprême de bonne conduite.”

    L’histoire de Prescott Bush a été jugée tant par les conservateurs que par certains libéraux [démocrates] comme n’ayant rien à voir avec l’actuel président. Il a aussi été suggéré que Prescott Bush était peu en relation avec Averill Harriman et que les deux hommes s’opposaient politiquement.

    Pourtant, des documents faisant partie du dossier Harriman comprennent un profil flatteur en temps de guerre paru dans le “New York Journal American” et juste à côté, dans le dossier, il y a une lettre écrite par Prescott Bush au le rédacteur financier de ce journal, remerciant le journal d’avoir publié ce profil. Il ajoutait que “la performance d’Harriman et toute son attitude avait été une source d’inspiration et de fierté pour ses associés et ses amis.”

    The Anti-Defamation League [la ligue américaine contre la diffamation] soutient Prescott Bush et la famille Bush. Dans une déclaration qu’ils ont faite l’année dernière, ils prétendent que “les rumeurs sur d’éventuels “liens” nazis avec feu Prescott Bush … ont circulé en long et en large sur Internet, ces dernières années. Ces accusations ne tiennent pas debout et ont des motivations politiques – Prescott Bush n’était ni un Nazi, ni un sympathisant nazi.”

    Cependant, l’une des plus anciennes publications juives du pays, “the Jewish Advocate”, a répandu la controverse avec force de détails.

    Plus de soixante ans après que Prescott Bush eut été brièvement mis en examen, à l’époque d’une guerre ancienne, son petit-fils fait face à une autre sorte d’examen, mais un de cette sorte qui conforte votre perception selon laquelle, pour certaines personnes, la guerre peut être un business profitable.

    http://questionscritiques.free.fr/Bush/Prescott_Bush_Hitler.htm

  6. Menager says:

    J’ai aussi découvert qu’il y avait un parti nazi important aux Etats-Unis entre les années 30 et 40, peut-être même avant, il avait des liens avec le KKK, mais il a regroupé jusqu’à 5 millions d’individus. Dans des documents d’archives, on peut voir que les grandes messes nazies qui avaient cours aux Etats-Unis étaient la copie conforme de ce que les nazis produisaient “de mieux” en Allemagne. On ne fait pas la différence, jusqu’aux tenues vestimentaires, les bannières à la croix gammée, le salut nazi. En fait, on se croirait en Allemagne.
    C’est quasi inexplicable. Les Américains n’ont pas subi les nazis et n’ont pas été endoctrinés par eux. Même en France occupée, le climat qui règne concernant les nazis est généralement la terreur surtout en ce qui concerne les SS. On n’y trouve pas ce genre d’enrôlement. J’ai découvert une Amérique que je ne connaissais pas. Des historiens américains se permettent de juger la France occupée par les nazis, faisant pratiquement de tous les Français d’immondes collabos. C’est très irritant car la vérité est tout autre. En France occupée par les nazis, il y a eu des collabos et il y a eu des résistants. Et entre les deux, le mal et le bien, il y a eu la majorité du peuple coincée au milieu, vivant dans la peur au jour le jour et dans la pauvreté.
    Par contre, je découvre une Amérique que je n’arrive pas à comprendre. Elle n’est pas touchée par les nazis. Elle n’est pas occupée. Pourquoi, jusqu’à 5 millions d’Américains sont ils devenus des pronazis adhérant à un parti nazi ?
    Pour ma part, l’attitude des firmes américaines est immorale je pense. Mais les Américains ne sont pas à proprement parler des gens moraux. Pour eux, il faut faire de l’argent, c’est tout. Tout est bon à prendre et ils ne font pas dans la dentelle.
    Je trouve que la collaboration de certaines entreprises françaises est plus douteuse parce que la France est occupée et que le peuple français souffre. C’est la collaboration en même temps que le fait de céder à la terreur et de se voiler la face pour ne pas voir l’abominable qui conduisent toujours au désastre. En même temps, je ne peux m’empêcher de penser qu’un peuple désarmé est un peuple foutu d’avance. Je crois que les Américains ne pourront jamais être réduits en esclaves, non seulement parce qu’ils défendent leur constitution mais aussi parce qu’ils sont armés.
    Par contre, je ne comprends pas leur passage au nazisme dans les années 30 et 40. Sauf s’il existe une fascination pour les thèses nazies jusque de l’autre côté de l’Atlantique, dans ce que les Américains appellent eux-mêmes le paradis sur terre ! Après tout Mengele et bien d’autres infâmes nazis ont été récupérés par les Américains. Dans quel but puisque tout a un but ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s